Pinochet et Allende, la trahison et le sacrifice

Santiago du Chili – « Appelez Augusto, il est des nôtres ! », lance le président Salvador Allende au début du coup d’Etat contre lui, ce 11 septembre 1973, convaincu de la loyauté du commandant de l’armée de terre, le général Augusto Pinochet.

Augusto Pinochet

A 58 ans, Pinochet avait pris la tête des forces armées trois semaines plus tôt, sur recommandation de son prédécesseur, le général Carlos Prats, assassiné à Buenos Aires avec son épouse quelques mois après le coup d’Etat par des sbires du régime.

Salvador Allende, un médecin socialiste de 65 ans, l’avait lui-même nommé à ce poste. Personne ne soupçonnait que ce serait finalement ce général médiocre qui renverserait le président socialiste, élu à sa quatrième tentative, le 3 novembre 1970, à la tête d’une coalition de gauche.

viaPinochet et Allende, la trahison et le sacrifice.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s