L’économie chinoise : avantages, coûts et délocalisations (1/2) | Le Cercle Les Echos

LE CERCLE. Alors que la presse internationale se fait l’écho du ralentissement de la croissance chinoise (elle plafonnerait à 7.5 % en 2013), ce pays se hisse aux premiers rangs des investisseurs mondiaux, rejoignant de fait la configuration des USA car figurant parmi les premiers émetteurs et receveurs des capitaux internationaux.

ÉCRIT PAR

Jacques DELORME

Economiste

IGPDE Ministère de l’Economie et des Finances

VOIR SON

PROFIL

SES 3 DERNIERS ARTICLES

19/09/2013 | 10:25

L’économie chinoise : avantages, coûts et délocalisations (2/2)

10/09/2013 | 08:57

Une comparaison industrielle France-Allemagne : pourquoi un tel déclin relatif ?

03/09/2013 | 15:11

Y a-t-il une embellie française durable ?

TOUS SES ARTICLES

Des IDE encore très dynamiques, qui ne pâtissent pas de la faible croissance mondiale

Les investissements directs étrangers (IDE) vers la Chine se sont élevés à 112 milliards $ US en 2012, soit une très légère baisse de 3.7 %. Elle confirme ainsi sa place de second pays attracteur d’IDE, derrière les USA. 96 milliards proviennent de dix pays asiatiques, dont 63 % pour Hong-Kong (sociétés étrangères et diaspora chinoise), 6 % pour le Japon, 5 % à la fois pour Singapour et Taïwan et 2 % pour la Corée.

viaL’économie chinoise : avantages, coûts et délocalisations (1/2) | Le Cercle Les Echos.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s