Agroalimentaire : Singapour, plaque tournante pour l’Asean

En 2012, les exportations agroalimentaires de l’Hexagone ont augmenté de 17,8 % pour dépasser un montant de 1,56 milliard d’euros dans les six membres de l’Association des nations du Sud-est asiatique (Asean) : Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, Vietnam et Thaïlande. Singapour se taillait la part du lion, avec 60 %, la cité-État étant « une plaque tournante régionale, notamment vers la Malaisie et l’Indonésie », soulignait, le 5 novembre à Paris, Benoît Tarche, le directeur du département Agrotech d’Ubifrance, qui organisait des Rencontres agroalimentaires dédiées à l’Asean.

Même en Thaïlande, « il y a des importateurs de vin utilisant Singapour pour faire du regroupage », expliquait alors Jérôme Chambon, le chef du pôle Agrotech au bureau d’Ubifrance en Thaïlande, selon lequel « constituer un stock tampon à Singapour permet de livrer en une semaine en Thaïlande, alors que d’Europe il faut compter cinq semaines ». La cité-État est ainsi devenu « un méga hub », c’est-à-dire « une place financière et logistique de premier plan avec des entrepôts sous douane ». Seuls compétiteurs dans la région, selon Jérôme Chambon, Bangkok (Thaïlande) et Kuala Lumpur (Malaisie) ne peuvent revendiquer un rôle de hub que pour les produits de la mer et le halal respectivement.

viaAgroalimentaire : Singapour, plaque tournante pour l’Asean.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s