En Birmanie, les journalistes risquent gros – Le Viêt Nam, aujourd’hui

Un nouveau procès s’ouvre contre la rédaction d’un hebdomadaire, tandis qu’une émeute a éclaté après une fausse accusation de viol par des musulmans.

Un nouveau procès à hauts risques pour des journalistes birmans a démarré lundi. Cette affaire, qui intervient après la condamnation à dix ans de prison et de travaux forcés infligés à cinq journalistes, témoigne de tensions croissantes autour de la liberté d’expression dans une Birmanie en transition chaotique depuis plusieurs mois.

Dans cette nouvelle affaire, quatre membres de l’hebdo Bi-mon Te Nay sont accusés d’avoir inquiété le public et d’avoir porté atteinte à la sûreté de l’Etat. Le 7 juillet, le magazine, sur la base d’une rumeur véhiculée par Mouvement pour la démocratie et la force actuelle, publiait en une que la responsable de l’opposition Aung San Suu Kyi et plusieurs leaders des communautés ethniques avaient été mandatés par le peuple pour former un gouvernement intérimaire. Il s’agissait bien évidemment d’une fausse information.

Les autorités n’ont pas tardé à réagir. Le jour même, elles ont arrêté plusieurs personnes à Rangoun avant de demander aux autorités thaïlandaises de s’emparer, le 16 juillet, des responsables du journal dans la ville de Mae Sot. La prochaine audience aura lieu le 4 août pour les sept personnes poursuivies qui risquent jusqu’à 14 ans de prison.

viaEn Birmanie, les journalistes risquent gros – Le Viêt Nam, aujourd'hui.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s