Des études à la vie active: En Asie, les jeunes travailleurs sont confrontés à l’instabilité et à la vulnérabilité

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) sur le passage de l’école à la vie active des jeunes en Asie et dans le Pacifique établit qu’une majorité d’entre eux est au chômage ou occupe des emplois de mauvaise qualité.

Actualité | 27 août 2014

BANGKOK (OIT info) – En Asie et dans le Pacifique, près de la moitié des travailleurs âgés de 15 à 29 ans sont des travailleurs indépendants et deux jeunes sur trois effectuent un travail rémunéré sans contrat écrit, indique un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Selon l’étude intitulée Labour market transitions of young women and men in Asia and the Pacific (Transition vers le marché du travail des jeunes en Asie et dans le Pacifique), l’informalité et l’emploi vulnérable sont une réalité pour l’immense majorité des jeunes travailleurs de la région.

Points clés

Dans la région, cinq jeunes travailleurs sur dix sont des travailleurs indépendants.

Le taux moyen de chômage des jeunes (définition assouplie) est de 14,2 pour cent. Le plus faible niveau se trouve au Cambodge (3,8 pour cent), le plus élevé au Népal (28,9 pour cent).

L’inadéquation entre les compétences possédées et le travail effectué est forte chez les jeunes travailleurs des cinq pays: plus de la moitié des jeunes travailleurs au Bangladesh, Cambodge et au Népal sont sous-éduqués pour les emplois qu’ils occupent.

Au moins un jeune travailleur sur quatre a exprimé le désir de changer d’emploi (Samoa étant une exception dans ce domaine).

L’agriculture et les services sont les principaux secteurs d’emploi pour les jeunes. Au Bangladesh et au Viet Nam, l’industrie est le premier employeur des jeunes femmes.

De trop nombreux jeunes gens ne bénéficient pas pleinement du système éducatif. Au Bangladesh, au Cambodge et au Népal, plus de 50 pour cent des jeunes terminent leurs études en fin de primaire ou avant. Au Viet Nam, ils sont 31,9 pour cent dans ce cas.

Si le chômage demeure une préoccupation essentielle des jeunes de la région, le travail de mauvaise qualité est un problème nettement plus grave. Parmi ceux qui ont un emploi, très peu disposent d’un contrat de travail en bonne et due forme ou d’un accès à des avantages fondamentaux comme le congé maladie rémunéré ou la sécurité sociale.

«Le manque de perspectives d’emploi sûr, associé à une meilleure éducation, l’accès aux technologies modernes et l’exposition aux avantages supposés des économies développées, créent un risque de frustration au sein de la jeunesse. Ce qui, par conséquent, peut aboutir à des troubles politiques et à l’expatriation», déclare Sara Elder, spécialiste de l’emploi des jeunes à l’OIT et auteur du rapport.

Transition vers la vie active

Les conclusions du rapport s’appuient

viaDes études à la vie active: En Asie, les jeunes travailleurs sont confrontés à l’instabilité et à la vulnérabilité.

Publié par aseanweaverforbusiness

Representant de CCI France Malaysia formateur en interculturel et expatriation pour la Malaisie et le Vietnam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :