La France recrée une banque publique à l’export

Paris veut se doter d’un outil de refinancement des prêts à l’export pour aider ses entreprises dans la concurrence internationale. Et c’est la Sfil qui a été sollicitée pour tenir ce rôle à partir de 2015. La Société de financement local, qui refinance sur les marchés les prêts aux collectivités locales hérités de Dexia et ceux produits désormais par la Banque Postale, a présenté un projet en ce sens le 12 novembre dernier à son conseil d’administration, a appris L’Agefi. Elle a aussi constitué un dossier auprès de la Commission européenne.
Le projet a un parfum de BFCE, la Banque française du commerce extérieur, privatisée en 1996 avant d’être dissoute dans Natixis. Il fait suite à une mission de l’inspection générale des finances. Le constat est simple: bien qu’il soit garanti à 95% par la Coface, le crédit-export coûte cher aux banques en fonds propres et surtout en liquidités, car il s’agit d’un concours à longue échéance.
 

La France recrée une banque publique à l’export.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s