Macao, l’enfer du jeu | Asie Autrement

Je suis sur le ferry qui relie Hong Kong à Macao. Alors que l’énorme casino Grand Lisboa se dessine à l’horizon, le nom de Macao résonne dans ma tête et des clichés viennent immédiatement s’y coller. Macao, le Las Vegas de l’Orient. Macao, l’enfer du jeu. Le paradis des casinos et des trafics en tout genres. En fait cette vision de Macao naît avec le film Macao, l’enfer du jeu réalisé par Jean Delannoy en 1942. On y découvre un Macao où se mêle trafic d’armes, crime et prostitution. En 1945, on parle alors de Macao comme de la « ville la plus dépravée au monde » et même Ian Fleming, auteur de James Bond, la décrira comme « le lieu le moins recommandable de la terre ». Vision reprise dans Macao, le paradis des mauvais garçons, film de 1952 de Josef von Sternberg qui s’ouvre sur ces mots:

« Voici Macao, point insignifiant sur la surface du globe, sur la Côte Méridionale de la Chine, à 50 kms de Hong-Kong. C’est une ancienne colonie portugaise assez pittoresque. Macao a deux visages : l’un calme et ouvert, l’autre voilé et secret. Macao est un port de salut, idéal pour les fugitifs ».

 

Macao, l’enfer du jeu | Asie Autrement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s