Asean: Perspectives en 2016/17- Horizon Asean- Ambassade de France Singapour

Perspectives économiques et financières de l’Asie du Sud-Est en 2016-2017 : optimisme prudent

Le rythme de croissance des économies d’Asie du Sud-Est aurait-il atteint son point bas à l’issue du premier semestre 2016 ? C’est le scénario central le plus probable en raison de la combinaison favorable entre facteurs cycliques (stabilisa- tion de l’économie chinoise, vigueur de la demande inté- rieure, détente des conditions de financement, orientation accommodante des policy mix) et structurels (rééquilibrage des moteurs de croissance aux dépens des impulsions exté- rieures, rattrapage économique d’une région dont 90% du PIB proviennent désormais de pays à revenu intermédiaire). Des perspectives de croissance favorables à court terme Les prévisions disponibles à l’issue du 3ème trimestre indi- quent que les économies d’Asie du Sud-Est abordent fin 2016 en ordre dispersé : le facteur de différenciation est la vigueur de la demande intérieure qui atténue les pressions déflationnistes et compense la morosité des échanges commerciaux. Les indicateurs de production industrielle de Nikkei-IHS Markit pour août 2016 corroborent ce scénario : les Philippines et le Vietnam sont nettement en tête et en terrain positif, suivis à distance par l’Indonésie, alors que la Thaïlande, Singapour et la Malaisie restent en contraction. Cette hiérarchie est presque la même pour les taux de croissance annuels du second trimestre 2016 : Philippines (7,0%), Vietnam (5,6%), Indonésie (5,2%), Malaisie (4,0%), Thaïlande (3,5%), et Singapour (2,1%) –ces écarts reflétant aussi le rattrapage économique en cours des premiers pays. Sans surprise, les rythmes de croissance les plus rapides sont anticipés dans les pays les moins avancés (8 ,3% en Birmanie, 7,0% au Cambodge et au Laos) en 2016 et en 2017. A l’échelle régionale, les dernières prévisions tablent sur une consolidation (4,5 à 4,8%) cette année avant une accélération (4,6 à 5,1%) en 2017. Mais les principaux béné- ficiaires de cette embellie ne seraient pas les pays aux per- formances de croissance aujourd’hui les plus enviables.

Un desserrement de la contrainte financière extérieure

L’un des contrastes les plus visibles avec 2015 est le ren- versement de la contrainte financière extérieure. Sur la période janvier-septembre 2016, les marchés boursiers d’ASEAN-6 sont en hausse (de 11,9% pour la place de Ma- nille à 19,2% pour celle d’Hô-Chi-Minh-Ville), à l’exception de Kuala Lumpur. Sur la même période en 2015, les baisses allaient de -18,8% à Jakarta à -5% à Manille (+3,3% pour Hô- Chi-Minh-Ville). Les marchés de change bénéficient aussi du regain d’intérêt des investisseurs internationaux pour les actifs des marchés émergents. Sur les 9 premiers mois de 2016, quatre des monnaies d’ASEAN-6 se sont appréciés (de 4,0% pour le baht thaïlandais à 5,2% pour la roupie indonésienne/IDR) mais le peso philippin (PH) a reculé (- 1,4%). En 2015, elles étaient toutes en recul de -3,0% pour le dong vietnamien à -24,1% pour l’IDR. Les marchés obliga-

taires enregistrent une baisse généralisée des rendements sur les bons du Trésor à 10 ans en monnaie locale, par rap- port à début 2016 (de -170 points de base pour l’Indonésie à -40 pdb pour la Thaïlande). La proportion de détenteurs étrangers des bons indonésiens (39%), malaisiens (35%) et thaïlandais (14,5%) augmente. Les réserves de change sont en hausse, par exemple en Indonésie (3,6% en rythme an- nuel, couvrant 8,5 mois d’importations) et en Malaisie (+4,7%, 8,1 mois) dont les monnaies avaient le plus perdu de terrain face à l’USD en 2015. En septembre 2016, les trajectoires contrastées de l’IDR (+2,4% vis-à-vis USD) et du PHP (-3,9%) rappellent aussi qu’une pole position dans le cycle régional de croissance n’exempt pas du risque de réévaluation du risque pays par les investisseurs.

Un pilotage macroéconomique sous double contrainte

Deux observations justifient toutefois un optimisme pru- dent. La première tient au constat, étayé par la Banque asiatique de développement et le FMI, d’un ralentisse- ment du rythme de croissance des économies asiatiques après la crise financière internationale de 2008-2009. Les dix économies d’ASEAN ne font pas exception. Pas moins de 40% de cet infléchissement seraient imputables à des freins structurels tels que la trop lente amélioration des institutions. Le JCER/Nikkei Consensus Survey rapporte précisément que le risque le plus signalé par les respon- sables d’implantations japonaises serait que les réformes marquent le pas (leur préoccupation immédiate étant la hausse du coût du travail). Du rapport sur la compétitivité du Forum économique mondial ressort aussi une méforme des pays d’ASEAN qui reculent dans le classement 2016 (de -10 rangs/Philippines à -2/Thaïlande). La seconde observa- tion découle de la précédente : la région reste vulnérable à un revirement à court terme du sentiment des investis- seurs. Or les marges de manœuvre des politiques budgé- taires et monétaires sont inégales. La contrepartie de la vigueur de la demande intérieure est un endettement rela- tivement élevé des ménages (Thaïlande) et des entreprises (Indonésie, Malaisie, Singapour), mais aussi dans certains pays de l’Etat (Laos, Malaisie, Vietnam). Les policy mix ac- commodants sont rendus possibles par la moindre con- trainte extérieure combinée à la modération de l’inflation – mais moins prononcée qu’en 2015. L’efficacité des stimula- tions budgétaire et monétaire sur la consommation et l’investissement reste encore incertaine, tandis que les besoins de financement extérieur sont en hausse (Malai- sie). Crucialement, la perception des risques pays et régio- naux est aussi influencée par la situation de l’économie chinoise avec laquelle l’interdépendance est grandissante.

Contact : Jerome.Destombes@dgtresor.gouv.fr

AMBASSADE DE FRANCE A SINGAPOUR – SERVICE ECONOMIQUE REGIONAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s