Une anthropologie des sacs plastiques au Vietnam : Étude sociotechnique de l’usage des emballages et du devenir déchet. »Sujet de thèse

http://lamc.ulb.ac.be/spip.php?article441

Sujet de thèse : « Une anthropologie des sacs plastiques au Vietnam : Étude sociotechnique de l’usage des emballages et du devenir déchet. »
Dans le cadre des études sur les déchets ménagers, les emballages et leurs usages quotidiens permettent de poser des questions spécifiques quant à la relation humains-objets et au devenir déchet. L’emballage est un objet de recherche heuristique pour insérer la question des déchets dans celle des systèmes de production, de distribution et de consommation. Contrairement au contenu, le contenant n’est pas l’objet premier de la consommation, aussi c’est sa valeur d’usage, associée en premier lieu au bien de consommation qu’il contient, qui en détermine le statut. La perte de cette valeur d’usage, qu’elle soit immédiate ou retardée par un détournement de sa finalité initiale, dégrade le statut de l’emballage et le place au rang de déchet. L’emballage constituerait en quelque sorte le surplus de production par essence, l’objet au devenir déchet intrinsèque. Au rang des emballages révolutionnaires, on trouve les sacs et sachets plastiques, des biens présents en abondance sur le marché vietnamien du fait d’un faible coût de production, doublé d’un faible prix de vente, comparativement à la multiplicité et l’adaptabilité de leurs usages. Alors que la plasturgie est en pleine croissance au Vietnam et qu’elle est adossée au secteur très dynamique du recyclage des matières plastiques, je m’intéresse aux sachets plastiques et à leurs usages quotidiens comme d’indicateurs des transformations socio-économiques du pays, récemment inséré dans une économie globalisée, productiviste et de consommation de masse. Ces emballages élémentaires, qui échappent souvent à leurs utilisateurs, permettent également d’aborder, par le bas, la controverse mettant en opposition un droit au développement « à tout prix » des pays du Sud, revanche sur les inégalités mondiales, et la question de la pollution globalisée, menaçant à la fois la santé des humains et l’environnement.

Mikaëla Le Meur

Statut : Doctorante FNRS
Rencontre sur rendez-vous

ULB – Institut de Sociologie

44 avenue Jeanne – CP 124 – 1050 Bruxelles

Bureau S12.208

E-mail : Mikaela.Le.Meur@ulb.ac.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s